•  

     

    Le Petit Avocat  (Jean-Maurice Tesson. Limoges)

                     

                         1.     Ça Messieurs les Jurés, il faut que je prononce

                      N’en déplaise à la Cour

                      Un éloquent discours

                         Sur notre triste sort qu’aux peuples je dénonce 

     

     

     

     

     

    Le Petit Avocat  (Jean-Maurice Tesson. Limoges)

                     

                      2.    En conscience, Messieurs, est-il sort moins doux

                              Couchés sur leurs cahiers

                      Les pauvres écoliers

                              Ont du soir au matin de quoi mes rendre fous

     

     

     

     

        

    Le Petit Avocat  (Jean-Maurice Tesson. Limoges)

                        

                         3.    Consultez les experts, le moderne et l’antique.

                         Sur nos thèmes latins,

                         Nous palissons en vain

                         Esclaves de la règle et de la rhétorique.

     

     

     

     

     

    Le Petit Avocat  (Jean-Maurice Tesson. Limoges)

                     

                      4.    Moi, Messieurs, je voudrais pour tout concilier.

                      Que six mois de vacances

                       Abrègent nos souffrances

                       (On pourrait toutefois … comprendre Janvier)

     

     

     

     

     

     

    Le Petit Avocat  (Jean-Maurice Tesson. Limoges)

                       

                        5.   (illisible)

     

     

     

     

     

    Le Petit Avocat  (Jean-Maurice Tesson. Limoges)

                       

                        6.    Messieurs, il faut à tout une conclusion,

                       Je n’aurai rien perdu en cette occasion

                       Si je puis m’écrier. Amis je suis vengé

                       Vive Saint Charlemagne et les jours de congé.

     

     

    Jean-Maurice Tesson est un éditeur de cartes postales, qui s’est installé avec son frère, Roger, et un photographe de Cognac, à Limoges. D'abord, rue des Anglais, en 1900. Puis, rue du Général Cérez, en 1903. Enfin, 25 rue Montmailler, en mai 1909. Ses cartes postales portent en général les abréviations M.T.I.L. dans un logo en forme de papillon ou de trèfle à quatre feuilles. Cette série complète de 6 cartes postales est intitulée : « Le Petit Avocat ».


    votre commentaire
  •  

     

    Tu as volé, as volé... l'orange du marchand !

    -                                                                                    

                                                                  Tu as volé l’orange ?

                                     Oui, mais c’était juste pour goûter, après je l’aurais rendue


    votre commentaire
  •  

             Une audience du tribunal pour enfants en 1920 (Louis Sabbatier. L'Illustration)

     

                                           

                                          Le miroir brisé

     

    Le petit homme qui chantait sans cesse
    le petit homme qui dansait dans ma tête
    le petit homme de la jeunesse
    a cassé son lacet de soulier
    et toutes les baraques de la fête
    tout d'un coup se sont écroulées
    et dans le silence de cette fête
    dans le désert de cette tête
    j'ai entendu ta voix heureuse

    ta voix déchirée et fragile
    enfantine et désolée
    venant de loin et qui m'appelait
    et j'ai mis ma main sur mon cœur
    où remuaient
    ensanglantés
    les sept éclats de glace de ton rire étoilé.

     

                                   Jacques Prévert, Paroles


    votre commentaire
  •  

    Portrait stéréoscopique d'une scène d'enfants jouant à un procès

     

    Scène d’enfants jouant à un procès. Image stéréoscopique prise en 1874 (procédé de restitution de la vision en relief au moyen de deux capteurs optiques prenant une scène identique à partir de deux points de vue légèrement distants).


    votre commentaire
  •  

    Prestation de serment de seize très  jeunes avocates

     

            « Nous jurons, comme jeunes avocates, d’exercer nos fonctions avec dignité,

                                      conscience, indépendance, probité et humanité. » 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique