• Le Noël du Petit Ramoneur » (imprimerie Bergeret.1902).

     

     

     

    Les Petits Ramoneurs (L. Bailly. 1824)

                                                        « Joyeux Noël à tous » 

                                  (Les Petits ramoneurs. Louis-Léopold Bailly, 1824)

     

     

     

    Albert Bergeret (1859-1932), photographe et imprimeur, est l’un des inventeurs de la carte postale illustrée. C’est à Nancy qu’il créa sa propre imprimerie, en 1909, puis les Imprimeries Réunies, en 1905.

    Sa production de cartes postales fut considérable : 25 millions en 1900 ; 100 millions en 1909, soit le quart de la production française.

    Voici, en ce jour de Noël, sa série complète de six cartes postales, intitulée « Le Noël du Petit Ramoneur », qui date de 1902 (ou un peu avant).

    Ce genre de « roman photo » prend toute sa saveur avec les bouts rimés qui accompagnent chaque scène ou image. Pour cette série, le prosateur est Armand Gaboriaud ou A. G. alias Marcel Houjan ou M. H.

    Quant au photographe, il signait rarement les productions qu’il proposait aux éditeurs de cartes postales. Compte tenu de la datation de cette série (1901-1902), il pourrait s'agir de G. Morinet, à l’origine de la plupart des clichés de la maison Bergeret au moins jusqu’en 1907.

     

     

     

    Le Noël du Petit Ramoneur » (imprimerie Bergeret.1902).

     

                                         1. Le vent souffle glacé, de gros flocons de neige

                                             Tombent de toutes parts en épais tourbillons ;

                                             Moi, pauvre ramoneur, j’ai froid ! Oh ! pourquoi n’ai-je

                                             Comme tous ces enfants, un manteau qui protège

                                             Au lieu de ces légers haillons ?

     

     

     

     

    Le Noël du Petit Ramoneur » (imprimerie Bergeret.1902).

     

                                         2. Mais bah ! je ris du froid, car c’est cette nuit même

                                             Que le petit Noël viendra me visiter,

                                             Et qu’il m’apportera les beaux jouets que j’aime ;

                                             Aussi dans l’âtre éteint, je mets, ô joie extrême !

                                            Mes deux sabots sans hésiter.

     

     

     

     

    Le Noël du Petit Ramoneur » (imprimerie Bergeret.1902).

     

                                         3. O Dieu juste et puissant ! fais, ô notre bon père,

                                             Que ton petit Noël en passant sous mon toit !

                                             N’aille pas oublier l’enfant qui te vénère

                                             Et qui, pour contenir tous les jouets espère

                                            Que l’âtre sera trop étroit.

     

     

     

     

    Le Noël du Petit Ramoneur » (imprimerie Bergeret.1902).

     

                                         4. Puis l’enfant s’endormit. Bientôt le plus doux rêve

                                             Du petit ramoneur vint bercer le sommeil :

                                             Les jouets les plus beaux  se succédaient sans trêve,

                                             Des pantins, des gâteaux… Ah ! que la nuit fut brève !...

                                             Combien trop tôt vint le réveil !

     

     

     

     

    Le Noël du Petit Ramoneur » (imprimerie Bergeret.1902).

     

                                         5. Encore émerveillé de ce qu’il vit en songe

                                              Le petit ramoneur court bien vite aux sabots.

                                              Hélas ! rêve trompeur, tu n’étais que mensonge !...

                                              Pas de jouets !... Alors, le chagrin qui le ronge

                                              Le fait éclater en sanglots

     

     

     

     

    Le Noël du Petit Ramoneur » (imprimerie Bergeret.1902).

     

                                         6. Et sa douleur s’exhale en une plainte amère :

                                             « Pour les autres enfants, c’est un jour de bonheur,

                                                Moi seul abandonné, je pleure, pauvre hère,

                                                Serai-je donc toujours l’enfant de la misère !

                                               Malheureux petit ramoneur ! »

     

     

     

    Les Petits Ramoneurs savoyards portes bonheur

                                   Les Petits ramoneurs savoyards Portes Bonheur.

     

     

    Des lois de 1874 et 1892 sur l’emploi des enfants découragèrent les maîtres ramoneurs à employer des enfants en bas âge pour grimper avec leur hérisson à l’intérieur du conduit de cheminée [en général, ils avaient 6 ou 7 ans).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :